Étudier en France

Retour au Bercail.

Vos enfants viennent de passer leur bac dans le pays où vous résider.

Prochaine étape: vous souhaitez leur permettre de suivre des études supérieures en France.

La France offre unréseau de plus de 3 500  établissements d’enseignement supérieur publics et privés répartis sur tout le territoire. Les formations qu’ils proposent sont généralement plus accesibles sur le plan financier que dans d’autres pays.

S’informer avant de partir. Les choix que vous ferez dépendront du cursus choisi, selon que vous devez passer un entretient ou vous faire admettre sur dossier, que vous aurez des examens d’entrées ou pas, que votre établissement  se situe à Paris ou en région. L’A.E.F.E. l’Agence pour l’enseignement des Français de l’Etranger, a crée un dispositif d’orientation pour les élèves de l’étranger. Ce service appelé SORES, travaille sur les 495 établissements  d’enseignement français implantés  dans les 137 pays de son réseau. Des équipes éducatives se chargent d’informer les jeunes sur l’offre d’enseignement en France et ils organisent même des entretiens avec eux. Ils assistent également les élèves lors de leurs inscriptions ainsi que pour établir leur demande de bourse. Il existe même un service gratuit, en partenariat avec l’Onisep, qui répond  aux questions des familles par mail, tchat ou téléphone (www.mono-rientationenligne.fr).

DES INSCRIPTIONS EN LIGNE:

Désormais les jeunes qui souhaitent suivre leurs études supérieures en France doivent s’inscrire en ligne sur Admission post-bac (voir notre article sur www.ufe.org). Tout d’abord les universités offrent un conseil personnalisé sur ce site puisque l’étudiant a la possibilité d’être conseillé sur son projet dès l’inscription. Il peut aussi connaitre les modalités d’admission de l’établissement choisi, c’est prévu  sur le site. Il faut savoir que ce sont plus de 12 000 formations qui sont recensées sur le portail d’Admission post-bac et que les inscriptions doivent se faire entre le 20 janvier et le 20 mars.

Des résidences pour se loger: les ESTUDINES. 

 Il existe des résidences privées spécialement destinées aux étudiants. L’UFE a passé un accord avec l’une d’entre elles. Cet accord prévoit une priorité locative dans leur résidences implantées sur le territoires,  le non-encaissement  du dépôt de garantis, et 50% de réduction sur les frais de dossier.

 

Ces résidences proposent des logements meublés (cuisine équipée, linge de maison changé tous les 15 jours..) à proximité des écoles et centres universitaires, avec de nombreux services comme une cafétéria, , un accueil, un accès à Internet, du ménage, un parking, et  certaines sont même dotées de salle de sport. ..Les logements proposés sont sécurisés et sont éligibles à l’aide au logement: ils vont du studio au 3 pièces permettant ainsi la colocation. À Paris, il faut compter aux alentours de 700 euros pour un studio. 1 100 euros pour un 2 pièces à Paris., un tarif moins élevé en région (environ un tiers moins cher).

Pour s’inscrire, rien de plus simple: tout se fait en ligne. il faut réserver sa résidence en ligne dans  l’une des 50 villes où elles sont implantées (www.estudines.com), joindre divers justificatifs (dont la carte d’étudiant), puis attendre une confirmation en fonction des disponibilités.

Voix de France.

Résidences secondaires : surtaxe d’habitation

           

  Les Français établis hors de France qui possèdent une résidence en France sont intéressés, celle-ci ne pouvant être considérée comme une résidence principale.

Après Paris dès 2016, de nombreuses villes vont augmenter les taxes sur les résidences secondaires.

La surtaxe, dont le plafond est fixé à 60%, va grimper dans de nombreuses municipalités. De 20 à 50% pour Bordeaux, à 60% à Nice.

Certaines associations ont dénoncé l’indistinction de telles mesures, qui frappent aussi bien les résidences locatives que les « vraies » résidences secondaires.

Un recours ? En cas de maintien d’une résidence « secondaire » pour raisons professionnelles, le contribuable peut demander la décote auprès de l’administration fiscale.Les situations sont examinées au cas par cas, et la nécessité d’avoir un logement doit être justifiée.

Source: l¨Hebdo Independant 663

J.L Sevely

Elections partielles les 8 et 22 avril prochains

Le 2 février dernier, le couperet du Conseil Constitutionnel s’est abattu sur Samantha Cazebonne, députée LREM de la 5e circonscription des Français de l’étranger (Espagne-Portugal) et sur le député UDI-Agir de Wallis et Futuna Napole Polutele. Verdict cinglant : leurs victoires aux élections législatives sont invalidées pour cause de vices de procédure.

 

 

On connait maintenant, la date des prochaines élections partielles. le rendez-vous aux urnes est fixé aux 8 et 22 avril prochains. Il demeure une zone d’ombre autour de la liste des candidats. Concernant la 5e circonscription des Français de l’étranger, Samantha Cazebonne a assuré le 2 février dans un communiqué, sa participation à sa propre réélection. « Je serai évidemment candidate lors des élections législatives partielles, qui se tiendront dans les prochaines semaines. » Deux jours après c’est au tour de François Ralle Andreoli, présent au second tour su scrutin, de confirmer sa participation à cette élection. Gabrielle Siry Molina, candidate PS s’est elle, retirée de la course, au profit de Mehdi Benlahcen, président du groupe, Français du monde, Écologie et Solidarité à l’Assemblée des Français de l’Étranger. Laurence Sailliet, à l’initiative du recours auprès du Conseil Constitutionnel, ne semble toujours pas avoir témoigné, d’une éventuelle participation. Une chose est sûre, les isoloirs accueilleront les électeurs les 8 et 22 avril prochains.

 

 Source: lepetitjournal.com

J.L. Sevely

Mise en place de la carte prépayée PayTop

 

 

Comme nous vous l’avions annoncé en fin d’année, nous avons négocié pour l’ensemble de nos membres la gratuité de la première cotisation annuelle (21 €) pour la carte prépayée multi-devises PayTop.

 

Il s’agit d’ une carte de paiement prépayée rechargeable à débit immédiat qui permet de réaliser des paiements et retraits partout dans le monde et en toute sécurité.

Elle n’est pas rattachée à votre compte bancaire. Vos dépenses sont limitées au montant que vous avez rechargé.

 

Cette carte possède 6 devises interchangeables : l’Euro, le Dollar américain, la Livre Sterling, le Franc Suisse, le Dollar canadien et le Dollar australien.

 

Vous pouvez consulter notre rubrique avantagepour plus d’informations.

 

Un message d’information partira à l’ensemble des membres ce soir ou demain.

 

J’en profite pour vous rappeler la date de notre assemblée générale du 10 mars. Les inscriptions sont ouvertes et nous vous attendons nombreux. Vous avez déjà reçu un email à ce sujet mais pour les plus pressés J, cliquez-ici pour vous inscrire

 

Amitiés

COTAM

Sénateur Robert Del Picchia

 Trois infos importantes publiées dans le Bulletin n° 662 du 15 février 2018 de l’Hebdo indépendant du Sénateur Robert del PICCHIA

1- COTAM, pourquoi on en parle. Il s’agit de la cotisation assurance maladie, prélevée « en remplacement » de la CSG-CRDS auxquelles les pensionnés du régime français ne sont pas assujettis. Ils bénéficient d’une carte vitale et de la prise en charge de leurs frais de santé lors de leurs séjours temporaires en France. La COTAM est régie par le code de la Sécurité sociale (articles L.131-9 et D. 242-8). Un décret qui irrite. Le 31 décembre dernier, un décret a été publié au Journal officiel, prévoyant une augmentation de la COTAM de 1,7%, suivant ainsi l’augmentation de la CSG votée par la majorité gouvernementale. Le taux de cette cotisation est donc passé de 3,2 à 4,9% pour les pensions de base et de 4,2 à 5,9% pour les pensions complémentaires. Cette mesure est appliquée uniformément à tous les Français de l’étranger. Les plus petites retraites ne bénéficient donc pas d’exonération comme cela est le cas en France.

Un petit tour et puis s’en va. Regrettant que le texte « ne garantissait pas pleinement l’équité entre les Français résidant à l’étranger et ceux résidant en France », Gérard DARMANIN a proposé au Premier ministre de suspendre le décret. Le Chef du Gouvernement a décidé de suivre la recommandation de son ministre. Dans le cadre de sa mission parlementaire, la députée Anne GENETET va étudier les moyens de trouver « une solution garantissant cette équité » . 

2- Francis HUSS à la tête de France Médias Monde. Marie-Christine SARAGOSSE, présidente élue, a vu son mandat annulé pour ne pas avoir rendu dans les délais sa déclaration de patrimoine et d’intérêt à la Haute Autorité pour la Transparence pour la Vie Publique (HATVP). Elle a évoqué un « malentendu administratif ». Francis HUSS, représentant de l’AFE au conseil d’administration de l’établissement public, est pressenti pour assurer la présidence par intérim.

3- Le vote par Internet en question ? La Commission des Lois du Sénat a créé une mission

 d’information parlementaire sur le vote électronique. Les co-rapporteurs sont Jacky DEROMEDI, LR, sénatrice des Français établis hors de France, et le sénateur centriste Yves DÉTRAIGNE. Le rapport s’articulera autour de deux volets : le vote par internet dont est « plus spécialement chargée » Jacky DEROMEDI, et les machines à voter, dont le bilan sera dressé par Yves DÉTRAIGNE. Selon la sénatrice des Français de l’étranger, « bien entendu, la mission devrait entendre les représentants de l’Assemblée des Français de l’étranger et de leurs associations représentatives ainsi que la Direction des Français à l’étranger et de l’Administration consulaire ». Martine SCHOPPNER, vice-présidente de l’AFE, a en effet signalé avoir déjà été auditionnée et a alerté sur le risque de suppression du vote par Internet des Français de l’étranger. 

J.L.Sevely

Dernière Heure: le gouvernement a fait marche arrière

Il semble que l’application du décret allait être suspendue. Mais quid de la récupération des sommes prélevées en janvier et février 2o18 ?

Un décret pris le 30 décembre 2017, augmente les prélèvements de 1,7% sur le montant brut de la retraite des pensionnés résidant à l’étranger.

La loi de finances 2018 indiquait pourtant que l’augmentation de 1,7% de CSG ne concernait pas ceux qui en sont exonérés, tout comme ceux qui touchent une retraite inférieure à 1400 euros net par mois.

Gérald Darmanin, ministre du Budget, a réservé un traitement particulier pour cibler les retraités de l’étranger qui sont pourtant exonérés de CSG-CRDS : leur taux de cotisation à l’assurance maladie augmente de 1,7%. Il passe en effet de 4,2% à 5,9% à compter du 1er janvier 2018. Et ce, quel que soit le montant de la retraite. Ainsi même les pensionnés modestes sont impactés.

Ceux qui perçoivent leur retraite mensuellement ont découvert la mauvaise surprise, jeudi dernier. De leur côté, ceux qui reçoivent leur pension trimestriellement seront prélevés le 1er avril prochain.

En charge d’une mission qui lui a été confiée par le Premier ministre, Anne Genetet députée LREM de la 11ème circonscription des Français de l’étranger doit, entre autres, procéder à une évaluation du régime des prélèvements obligatoires applicables aux citoyens français non-résidents en France.

Voici le texte que nous avons diffusé à nos contacts en 2o13 :

Lorsqu’un retraité français réside à l’étranger et y a son domicile fiscal, il est soumis aux cotisations (COTAM) de 3,2 % sur sa pension de base (CNAV) et de 4,2 % sur ses retraites complémentaires, sauf s’il réside dans un des pays de l’Union européenee (et la Suisse), car dans ce das il est exonérésous réserve de produire un document attestant de sa domiciliation fiscale à l’étranger et une attestation du régime local de sécurité sociale (maladie) prouvant qu’il y est bien affilié. Si les caisses de retraite n’ont pas gignalé ce fait, il y a eu défaillance.

Il faut écrire aux caisses de retraite afin qu’un terme soit mis à ces prélèvements ; mais on ne récupérera rien de ce qui a été versé jusque là.

FrenchSpanishEnglish
0
× Contact