• 00 34 952 372 885
  • info@ufeandalousie.org

Cine Club Mas Madera: la doctora de Brest

Cine Club Mas Madera: la doctora de Brest

Dans le cadre de notre espace, « que faire, que voir« , voici la programmation du Ciné-Club « MAs Madera » qui vous propose des film de différentes nationalités. 

Le 10 mai, à 21h00 à la Casa de la Cultura de Arroyo de la Miel: La doctora de Brest (La fille de Brest).

La Fille de Brest est un film français réalisé par Emmanuelle Bercot, sorti en France le . C’est une adaptation du livre Mediator 150 mg : combien de morts ? de la pneumologue Irène Frachon, du CHU de Brest, retraçant sa lutte pour révéler ce qui deviendra l’affaire du Mediator et dénoncer les risques de ce médicament commercialisé par les laboratoires Servier. Le film a ouvert le Festival international du film de Saint-Sébastien 2016. Le film a clôturé le Festival de Cinéma des Alternatives de Versailles le .

En février 2009, confrontés à des cas de valvulopathie et d’hypertension artérielle pulmonaire1, des médecins du CHU de Brest soupçonnent un lien avec la prise d’un médicament, le Mediator, commercialisé par les laboratoires Servier2. La pneumologue Irène Frachon, aidée d’un chercheur, le professeur Le Bihan, s’improvise lanceuse d’alerte3. Ces provinciaux candides ne cherchent qu’à sauver des vies. Mais, à Paris, ils découvrent un univers bien peu préoccupé d’intérêt général. L’argent règne en maître et « des laboratoires pharmaceutiques arrivent à prendre le contrôle des autorités de santé1 » : universitaires stipendiés, arrogants et brutaux, commissions d’experts dévoyées par les conflits d’intérêts4… Le Bihan, en tant que chercheur, est vite neutralisé. On l’accable de mépris, on lui coupe les crédits et il n’a plus qu’à s’exiler au Canada. Mais, dans ce cloaque, Irène Frachon trouve aussi des alliés inattendus qui l’encouragent à poursuivre le combat : l’étudiante en pharmacie qui cite le nombre de victimes brestoises dans sa thèse, l’épidémiologiste Catherine Haynes, un éditeur tenace, une journaliste du Figaro, le « père Noël » de la Cnam qui détient dans son ordinateur le nombre des morts au niveau national, mais ne peut le divulguer que sur demande de sa hiérarchie

bande annonce

 

Isvebe

Laissez votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils