• +34 952 372 885
  • info@ufeandalousie.org

L’affaire Dreyfus

L’affaire Dreyfus

Mardi 17 décembre à 19h00, à la bibliothèque municipale d’Arroyo de la Miel
 
A la fin du 19 ème siècle, plus précisément en 1894, la FRANCE vit dans un climat délétère. Suite au procès intenté au capitaine DREYFUS pour espionnage au profit de l’ALLEMAGNE, les Français s’affrontent entre pro et anti-dreyfusards sur fond d’antisémitisme. Après un procès inique DREYFUS est condamné, dégradé et envoyé au bagne en 1895.
 
Le 11 Janvier 1898, le commandant Walsin Esterhazy qui est le véritable traitre en lieu et place de DREYFUS et remis en liberté après une parodie de procès.
Après la condamnation d’un innocent c’est  l’acquittement du coupable.
 
C’en est trop pour ZOLA. Il réagit aussitôt et publie le 13 Janvier 1898 dans le journal  » L’Aurore  » l’article qui restera célèbre sous le nom  » J’ACCUSE  » Le gouvernement français attaque aussitôt ZOLA en diffamation. A l’issue d’un procès tumultueux ZOLA est condamné à 1 an de prison ferme et à 3.000 francs d’amende. Refusant la sentence il s’enfuit en Grande Bretagne.
 
Sa courageuse obstination relance  » l’affaire  » et oblige le gouvernement à réouvrir un nouveau procès qui aboutira à l’acquittement du capitaine DEYFUS. Le romancier ZOLA acquière alors une stature de justicier et de défenseur des valeurs de tolérance. Mais cette notoriété lui vaut de solides inimitiés chez les nationalistes anti-DREYFUSARDS qui voient en lui le traitre en la patrie et en l’armée. Malgré toutes ces vicissitudes ZOLA ne regrette pas son engagement en faveur de DREYFUS et le fait savoir :
 
– Ma lettre ouverte (j’accuse) est sorti comme un cri. Tout a été calculé par moi, je m’étais fait donné le texte de loi, je savais ce que je risquais.
 
Ses biens sont saisis et il est l’objet de nombreuses attaques surtout de la part des nationalistes anti-Dreyfusards : Articles satiriques, caricatures, pamphlets et même une tentative de meurtre.
Rien ne lui sera épargné.
 
Il meurt à Paris le 29 Septembre 1902. Suite à une intoxication due aux émanations de gaz carboniques. Compte tenu des circonstances une enquête sera ouverte.
Bâclée, elle concluera à un accident dû à une cheminée mal nettoyée. Vu le nombre de ses ennemis et la tentative de meurtre ses amis réfuteront la thèse de l’accident
pour privilégier la piste de l’Assassinat. A ce jour aucune de ces hypothèses n’est confortée.
 
Je vous invite le 17 décembre à La Réunion du Cercle de Lecture où notre amie Sylvie DUNIOL, nous présentera l’ouvrage  » ASSASSINS » de Jean-Paul DELFINO.
Présentation qui j’espère nous permettra de voir un peu plus clair. 
 
À l’issue nous partagerons le pot de fin d’année.
Michel Géhin
Michel Géhin

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.