?2020 sous le signe de l’intercommunication


Née de l’initiative de Sofia Goycoolea, voici un projet novateur, patrociné par la Bibliothèque d’Arroyo de la Miel, ou interviennent plusieurs clubs de lecture et associations culturelles de différentes nationalités.


Rendez-vous le mercredi 29 janvier, pour une table ronde avec les clubs, cercles de lectures et organisations associées, à 19h00, Bibliothèque municipale de Arroyo de la Miel.

2020, une année qui commence sous le signe de l’intercommunication

2020, une année qui commence, sous le signe de la l’intercommunication.

Née de l’initiative de Sofia Goycoolea, voici un projet novateur, patrociné par la Bibliothèque d’Arroyo de la Miel, ou interviennent plusieurs clubs de lecture et associations culturelles de différentes nationalités.
 
Les participants se réunissent autour d’un livre pour échanger interprétation et impressions.
Ensuite, les délégués font une synthèse qu’ils présentent  en table ronde et débattent ensuite devant un public invité qui pourra échanger après le débat.
 
Dans cette première table ronde, le débat portera sur les implications et conséquences du progrès en biorobotique, biotechnologie et intelligence artificielle ainsi que sur l’avenir de l’homme moderne, pour donner suite à la lecture du roman  de Mary Shelley: Frankenstein 
 
Aussi la programmation du cercle de lecture se verra changée.
 
1.- Le Cercle de Lecture du mardi 21 janvier, versera sur le livre de Mary Shelley: Frankestein. 
 
2.- Le débat de tous les Cercles de Lecture et organisations associées aura lieu en table ronde, le mercredi 29 janvier 2020 à 19h00 à la Bibliothèque d’Arroyo de la Miel. 
 
Cela nous promet un bon moment d’échange…. attention les places sont limitées.

L’affaire Dreyfus

Mardi 17 décembre à 19h00, à la bibliothèque municipale d’Arroyo de la Miel
 
A la fin du 19 ème siècle, plus précisément en 1894, la FRANCE vit dans un climat délétère. Suite au procès intenté au capitaine DREYFUS pour espionnage au profit de l’ALLEMAGNE, les Français s’affrontent entre pro et anti-dreyfusards sur fond d’antisémitisme. Après un procès inique DREYFUS est condamné, dégradé et envoyé au bagne en 1895.
 
Le 11 Janvier 1898, le commandant Walsin Esterhazy qui est le véritable traitre en lieu et place de DREYFUS et remis en liberté après une parodie de procès.
Après la condamnation d’un innocent c’est  l’acquittement du coupable.
 
C’en est trop pour ZOLA. Il réagit aussitôt et publie le 13 Janvier 1898 dans le journal  » L’Aurore  » l’article qui restera célèbre sous le nom  » J’ACCUSE  » Le gouvernement français attaque aussitôt ZOLA en diffamation. A l’issue d’un procès tumultueux ZOLA est condamné à 1 an de prison ferme et à 3.000 francs d’amende. Refusant la sentence il s’enfuit en Grande Bretagne.
 
Sa courageuse obstination relance  » l’affaire  » et oblige le gouvernement à réouvrir un nouveau procès qui aboutira à l’acquittement du capitaine DEYFUS. Le romancier ZOLA acquière alors une stature de justicier et de défenseur des valeurs de tolérance. Mais cette notoriété lui vaut de solides inimitiés chez les nationalistes anti-DREYFUSARDS qui voient en lui le traitre en la patrie et en l’armée. Malgré toutes ces vicissitudes ZOLA ne regrette pas son engagement en faveur de DREYFUS et le fait savoir :
 
– Ma lettre ouverte (j’accuse) est sorti comme un cri. Tout a été calculé par moi, je m’étais fait donné le texte de loi, je savais ce que je risquais.
 
Ses biens sont saisis et il est l’objet de nombreuses attaques surtout de la part des nationalistes anti-Dreyfusards : Articles satiriques, caricatures, pamphlets et même une tentative de meurtre.
Rien ne lui sera épargné.
 
Il meurt à Paris le 29 Septembre 1902. Suite à une intoxication due aux émanations de gaz carboniques. Compte tenu des circonstances une enquête sera ouverte.
Bâclée, elle concluera à un accident dû à une cheminée mal nettoyée. Vu le nombre de ses ennemis et la tentative de meurtre ses amis réfuteront la thèse de l’accident
pour privilégier la piste de l’Assassinat. A ce jour aucune de ces hypothèses n’est confortée.
 
Je vous invite le 17 décembre à La Réunion du Cercle de Lecture où notre amie Sylvie DUNIOL, nous présentera l’ouvrage  » ASSASSINS » de Jean-Paul DELFINO.
Présentation qui j’espère nous permettra de voir un peu plus clair. 
 
À l’issue nous partagerons le pot de fin d’année.

Cercle de lecture, 4e Trimestre 2019, 1er Trimestre 2020

Rentrée cercle de ;lecture

PROGRAMMATION DES PROCHAINS CERCLES DE LECTURE

Le 15 octobre 2019 nous reprenons nos activités et c’ est avec plaisir que je vous retrouverai pour partager ces moments de discussion et de découverte (trop courts à mon gré ).
 
 – Le 15 octobre 2019 Prisca VANIER présentera « 21 leçons pour le 21 iéme siècle  » écrit par Y.N.HARIRI.Cet ouvrage faisant suite à « HMO SAPIENS » et « HOMO DEUS » connait un succès mondial, mérité selon certains ,usurpé selon d’ autres .C’est la raison pour laquelle vous êtes tous conviés pour y débattre .Il s’agit de notre futur et nous avons une obligation morale d’y réfléchir et de participer à l’élaboration de ce monde à venir .
 
– Le 19 novembre 2019 Michel RENNES nous fera un exposé avec pour sujet « les chemins de fer andalous entre la fin du 19 ieme siècle et le début du 20 ieme siècle. Pour ce faire, Michel RENNES utilisera les documents laissés par son aïeul qui a dirigé les travaux de modernisation et d’agrandissement des voies ferrées de la province à cette époque. Ce témoignage, véritable document historique, mérite toute notre attention car il été une des clés du développement de la province .
 
 
– Le 17 décembre 2019 Sylvie DORIOL nous parlera du livre « ASSASSINS » de Jean Paul DELFINO véritable travail d’investigation sur la mort d’Emile ZOLA. Dans la période troublée du procès du capitaine DREYFUS sa prise de position en faveur de DREYFUS   lui amena de nombreux ennemis, aussi les hypothèses privilégiant son assassinat sont pertinentes et méritent d’être relatées. Cependant ,faute de témoignages directs ,il est difficile de valider la thèse de l’ assassinat. La mort de ZOLA  restera un mystère.
 
Nous ferons ensuite le pot traditionnel de fin d’année .
Changement dans la programmation 2020
Suite à la participation du cercle de lecture au projet proposé par Sofia Goycoolea, le cercle de lecture du 21 janvier versera sur le livre de Mary Shelley « Frenkestein », afin de participer à un débat avec les autre club de lecture de la Bibliothèque  d’Arroyo de la Miel, sur le livre en question et les implication et conséquences actuelles de l’intelligence artificielle et la robotique. Ce débat aura lieu, le mercredi 29 janvier, dont l’horaire sera communiqué  par la Bibliothèque. 
 
– En février 2020 Jacques DAIRAUX présentera l’aviateur, ou plutôt un des pionniers de l’aviation, son aïeul  Maurice COLLIEX qui imagina et construisit un des premiers « aéroplanes ». Il expérimenta les premiers hydroglisseurs et créa la première école de pilotage en FRANCE.
 
– En mars 2020 je vous parlerai d’Alexandra DAVID-NEEL exploratrice et écrivain(e) qui avait connaitre au monde occidental le TIBET et le bouddhisme tibétain.
  
-En avril 2020, ce sera la surprise…
 
Amitiés à tous et je compte sur vous.
  
Michel GEHIN

Sur les traces d’un employé des chemins de fer: Emile Rennes

Le cercle de lecture organisé à la bibliothèque municipale de Arroyo de la Miel, vous propose de partir sur les traces d’un ingénieur qui a participé à la création des première ligne de chemin de fer.

Notre rendez vous mensuel est prévu le mardi 19 novembre, à 19h00

Sur les trace, à Malaga, d’un employé des chemin de Fer:
Emile Rennes: 1868-1946
Les Chemins de fer andalous avaient besoin en 1900, d’un ingénieur, de matériel et la Traction. Ainsi , mon père, Émile Rennes  a commencé, à Malaga en 1901, sa carrière de cheminot. En 1920, il est devenu sous directeur de cette Compagnie des Chemins de fer andalous, d’origine  française (1865). 
Charentais, fils d’un des premiers cheminots, mon père vécu à Malaga jusqu’à sa retraite en 1931, décidée par le Ministère sous la République espagnole. 
Passionné par son travail, il a apporté des progrès évidents, autant pour les voies de chemin de fer, les locomotives à vapeur que pour l’attelage automatique des wagons. Il fit électrifier la ligne qui allait de Linares au port d’Alméria, la première en Espagne.
Il se servit d’un appareil photographique pour garder des traces des nombreux déraillements.
Dans une des malles du grenier de sa maison à Malaga, nous avons trouvé des photographies inconnues des cheminots de Malaga et du Matériel roulant, du début du siècle passé, parfaitement conservées dans l’obscurité,
en plus d’une centaine d’autres, déjà connues dans la famille.
Nous publions ses « Traces à Malaga » grâce aux mémoires rédigées par son  fils unique qui se préparait à le suivre, comme 3ème génération d’ingénieurs des Chemins de fer.
Un siècle plus tard, nous avons voulu rendre compte de cette histoire peu connue de l’Andalousie.
FrenchSpanish
0
× Contact