Le vendredi 29 avril, à 19h00, à la Bibliothèque d´Arroyo de la Miel (au-dessus du Parc de la Paloma), Prisca Vanier présentera le livre d´Irene Vallejo: « L´Infini dans un roseau » . 

Racontée sur le ton d’une fable, en équilibrant magistralement érudition et vulgarisation, et en dialogue permanent avec notre présent, Irene Vallejo (Saragosse, 1979) nous plonge dans l’histoire collective de tous ceux qui ont rendu possible au cours des siècles ce qui, selon les mots de Rafael Argullol, est « le plus grand instrument de liberté que l’être humain se soit donné » : le livre.

Quand les livres ont-ils été inventés ? Comment ont-ils traversé les siècles pour se frayer une place dans nos librairies, nos bibliothèques, sur nos étagères ? Irene Vallejo nous convie à un long voyage, des champs de bataille d’Alexandre le Grand à la Villa des Papyrus après l’éruption du Vésuve, des palais de la sulfureuse Cléopâtre au supplice de la philosophe Hypatie, des camps de concentration à la bibliothèque de Sarajevo en pleine guerre des Balkans, mais aussi dans les somptueuses collections de manuscrits enluminés d’Oxford et dans le trésor des mots où les poètes de toutes les nations se trouvent réunis. Grâce à son formidable talent de conteuse, Irene Vallejo nous fait découvrir cette route parsemée d’inventions révolutionnaires et de tragédies dont les livres sont toujours ressortis plus forts et plus pérennes. L’Infini dans un roseau est une ode à cet immense pouvoir des livres et à tous ceux qui, depuis des générations, en sont conscients et permettent la transmission du savoir et des récits. Conteurs, scribes, enlumineurs, traducteurs, vendeurs ambulants, moines, espions, rebelles, aventuriers, lecteurs ! Autant de personnes dont l’histoire a rarement gardé la trace mais qui sont les véritables sauveurs de livres, les vrais héros de cette aventure millénaire.

Irene Vallejo obtient un doctorat en philologie classique à l’université de Saragosse puis à celle de Florence. Elle se consacre ensuite principalement à la recherche et divulgation d’auteurs classiques. Elle collabore avec les journaux Heraldo de Aragón et El País, où elle publie des articles mêlant des sujets d’actualité avec des apprentissages tirés du monde ancien1. Deux livres, El pasado que te espera et Alguien habló de nosotros, recueillent les articles de ses colonnes hebdomadaires2.

En 2011, elle publie son premier roman, La luz sepultada. C’est une histoire quotidienne de sentiments et peurs située à Saragosse en 1936, à la veille de l’éclatement de la guerre civile espagnole3. Son deuxième roman, El silbido del arquero, met en place une histoire d’aventures et d’amour ayant lieu dans un passé lointain, tout en se rapprochant des conflits contemporains4. Elle publie aussi des livres pour la jeunesse, tels que El inventor de viajes, illustré par José Luis Cano, et La leyenda de las mareas mansas, en collaboration avec la peintre Lina Vila (es)5 Son récit Le mal invisible fait partie de l’anthologie de narratrices aragonaises Hablarán de nosotras (2016)5.

En 2020, elle reçoit le prix national de l’Essai pour son livre L’infini dans un roseau, devenant la cinquième femme à le recevoir depuis sa création en 19756.

FrenchSpanishEnglish